Contrôle biologique des pucerons chez Amikos BV

La société Amikos B.V., située à Bergschenhoek (Zuid-Holland, Pays-Bas) est spécialisée dans la production de poivrons et de mini-concombres. Dans leurs 4 ha de serre, la production est organisée selon les principes de la lutte biologique intégrée et l’utilisation des pesticides y est strictement limitée à des interventions localisées sur les foyers de ravageurs lorsque le contrôle biologique n’a pas suffi. « Pour contrôler les pucerons, nous utilisons VerdaProtect » explique Mr. Khira (chef de culture chez Amikos B.V.). « Ce mélange d’insectes auxiliaires permet de lutter efficacement contre toutes les espèces de pucerons que nous rencontrons sur l’exploitation. Grâce à son mode d’utilisation préventif, nous maintenons en permanence les pucerons sous le seuil de nuisibilité et les fruits sont doublement propres, à la fois dépourvus de miellat ET sans résidu d’insecticide. Il est évident que nous continuerons à utiliser VerdaProtect à l’avenir ».

Print Friendly

Southesk Farm (Ecosse)

Southesk Farm est une ferme spécialisée dans la production de petits fruits, située à Brechin (Ecosse). On y cultive des fraises et des myrtilles pour la coopérative Angus Growers. Les principes de la PBI (Production biologique intégrée) y sont appliqués sur toute la production. Pour lutter contre les pucerons dans les myrtilles, James Grantham, directeur de la production, utilise BerryProtect. « Le mélange de parasitoïdes est très efficace pour le contrôle des pucerons dans les myrtilles », dit James. « En myrtilles, le nombre d’insecticides utilisables est faible, surtout en fin de saison, lorsque le couvert est extrêmement dense. Il est, alors, difficile de pulvériser toutes les feuilles avec les insecticides chimiques. Dans ces conditions, les parasitoïdes sont le seul moyen d’atteindre tous les pucerons. En réduisant le recours aux insecticides chimiques, BerryProtect préserve également les autres auxiliaires actifs dans la culture. Le produit est facile à utiliser et, avec quelques précautions, peut facilement être combiné avec les produits conventionnels. BerryProtect ne laisse, bien sûr, pas de résidus ». James conclut: « Un produit utile dans un programme de lutte intégrée dans les myrtilles ».

Print Friendly

Susanne Früh, conseillère chez « Obstgroßmarkt Mittelbaden » (Allemagne)

Susanne Früh, conseillère de culture pour l’association de producteurs « Obstgroβmarkt Mittelbaden » à Oberkirch (Allemagne), conduit les essais variétaux pour les framboises et mûres cultivées sous abri. Le contrôle des ravageurs s’y fait avec le moins de pesticides possible. L’application de produits phytosanitaires dans une végétation très serrée étant très difficile, Mme Früh a choisi d’utiliser les insectes auxiliaires, car ceux-ci peuvent détecter et combattre les ravageurs, même dans ces cultures de petits fruits très denses. Le contrôle notamment des pucerons a toujours été un problème majeur dans les framboises et les mûres en tunnels. Depuis que BerryProtect est disponible, Mme Früh utilise ce mélange de parasitoïdes avec de bons résultats: «C’est un concept très bien pensé – de la composition des différentes espèces de parasitoïdes pour maîtriser tous les pucerons dans les cultures de petits fruits jusqu’à la conception des tubes pour une application facile. Et je suis heureuse d’avoir participé, avec mes commentaires, au développement des points de lâcher: l’ensemble du système est vraiment optimal et, plus important, convivial. »

Print Friendly

Biohof Bursch (Bornheim, Allemagne)

L’exploitation, Biohof Bursch (Bornheim, Allemagne) couvre 45 hectares de cultures maraîchères. 60 variétés différentes de fruits et de légumes y sont cultivées. L’entreprise familiale, avec ses 35 employés permanents, est membre de Déméter, et l’agriculture biologique y a été mise en œuvre déjà dans les années 60. Ce savoir-faire de plus de 50 ans est également appliqué dans le contrôle des pucerons, en particulier dans les légumes cultivés sous tunnels. Orjan, responsable des cultures protégées depuis de nombreuses années, utilise depuis plusieurs saisons, VerdaProtect: « Depuis que ce mélange de parasitoïdes est disponible, la lutte contre les pucerons est devenue beaucoup plus facile. Auparavant, il était extrêmement difficile d’éviter les pertes de rendement dues à des pucerons – en particulier dans les concombres. VerdaProtect donne d’excellents résultats, l’application est facile et rapide – en résumé, je ne peux que recommander de l’utiliser ».

Print Friendly

Johannes Dick, Bornheim (Allemagne)

La société « Johannes Dick » située à Bornheim (Allemagne) est spécialisée dans la production d’herbes aromatiques en pots. Depuis plusieurs années, ils utilisent BasilProtect pour le contrôle des pucerons dans les cultures sous serres telles que persil, basilic, menthe et sauge. Le responsable des cultures, M. Andreas Birkheuser, conclut : « L’utilisation de ce mélange de six parasitoïdes différents facilite grandement la lutte contre les pucerons. L’installation est facile et rapide et la large gamme d’hôtes nous offre une bonne sécurité – ceci sans être obligé d’identifier le puceron. Comme, en général, la gestion des ravageurs de culture d’herbes aromatiques est réalisée autant que possible avec des produits biologiques, BasilProtect est exactement la solution qui nous offre un contrôle efficace des pucerons avec un investissement minimum de temps ».

Print Friendly

Madame Krüger Bartz, Straelen (Allemagne)

Madame Krüger-Bartz cultive notamment des fraises en culture protégée près de Straelen (Rhénanie du Nord Westphalie). Afin de réduire au maximum l’utilisation des pesticides, la lutte contre les ravageurs est basée sur les principes de la production biologique intégrée. Pour lutter contre les pucerons dans la production de fraises, madame Krüger-Bartz utilise FresaProtect:  » Cela fait déjà longtemps que j’utilise des auxiliaires dans mes cultures. Utilisés à titre préventif, ils gardent les ravageurs à un niveau bas, et ce n’est que dans des cas exceptionnels qu’une correction chimique est nécessaire. Dans la culture de fraises, beaucoup d’espèces de pucerons peuvent poser problème. La combinaison de six espèces différentes de parasitoïdes de FresaProtect combat toutes ces espèces de pucerons sans que je doive les identifier. Je suis vraiment satisfaite de l’efficacité de FresaProtect, notamment sur le puceron de la pomme de terre (Macrosiphum euphorbiae) qui est de plus en plus résistant aux insecticides. Il est évident que je continuerai à utiliser FresaProtect à l’avenir. »

Print Friendly

Tom Van Delm, PCH (centre d’essai de Hoogstraten, Belgique)

Le PCH consacre une partie importante de ses recherches à la culture de la fraise. Tous les aspects de cette culture y sont abordés. Un des objectifs majeurs est de continuellement améliorer la durabilité de la production de fraises. C’est pourquoi, en ce qui concerne la lutte contre les ravageurs, le PCH s’est résolument tourné vers la PBI (Production Biologique Intégrée). Contre les pucerons, le mélange de parasitoïdes, FresaProtect, y est utilisé dans différents systèmes de production. « Les producteurs de fraises savent qu’ils doivent bien garder les populations de pucerons sous contrôle et donc intervenir à temps. Le concept du mélange de parasitoïdes est dans ce contexte un outil intéressant car il peut être introduit préventivement dans la culture. De plus, avec le mix de parasitoïdes, il n’est pas nécessaire d’identifier les pucerons, ce qui rend la lutte biologique plus facile pour le producteur », explique Tom Van Delm. « Le monitoring de la culture permet de suivre l’évolution du contrôle des pucerons : en suivant les pucerons vivants et les momies (pucerons parasités), on obtient une bonne évaluation du niveau de contrôle. S’il apparaît que la population de pucerons augmente encore trop vite, malgré l’utilisation des auxiliaires, il peut être nécessaire de traiter chimiquement les ravageurs. Dans ce cas, l’utilisation d’un insecticide chimique compatible reste possible et/ou de nouveaux parasitoïdes peuvent être réintroduits. C’est aussi cette flexibilité, en accord avec la philosophie de la PBI, qui est appréciable avec l’utilisation de FresaProtect. » conclut Tom Van Delm.

Print Friendly

Ferdinand Jolly, producteur de fraises à Ittre (Belgique)

Monsieur Jolly consacre chaque année environ 2 ha de son exploitation à la culture des fraises (culture en pleine terre sous tunnel). L’ensemble de sa production est commercialisé en vente directe à la ferme. Afin d’offrir un produit sain à ses clients et dans le contexte d’une réflexion environnementale globale sur l’exploitation, Mr Jolly a opté pour une démarche de protection intégrée des cultures. «Contre les pucerons, j’utilise le cocktail de parasitoïdes, FresaProtect. Depuis qu’il est sur le marché, j’ai utilisé ce produit chaque année avec satisfaction. Il est très facile à mettre en place et offre un très bon contrôle des différentes espèces de pucerons. La variété que je cultive, Lambada, est très appréciée du public mais elle est aussi très sensible aux attaques de pucerons. Depuis que j’utilise FresaProtect, les pucerons ne sont plus un souci. Il est évident que je continuerai à utiliser FresaProtect à l’avenir. »

Print Friendly

Valérie Lenoir, productrice de groseilles à Mondescourt (France)

Valérie Lenoir produit des petits fruits en Picardie (France) pour la coopérative FRUIROSE, lesquels sont commercialisés par les fruits rouges de l’Aisne. Depuis 2012, elle s’est spécialisée dans la production de groseilles et de cassis. Dès le début, madame Lenoir a opté pour une production respectueuse de l’environnement où les auxiliaires naturels sont favorisés (inter-rang enherbé et fauché une fois par an) et où les produits phytosanitaires ne sont utilisés qu’en dernier recours. Pour le contrôle des pucerons dans ses cultures couvertes, elle utilise BerryProtect. « Le mélange de parasitoïdes m’apporte une certaine sérénité. Il est très facile à utiliser et pour peu qu’on le mette en place précocement, il permet de se passer de l’utilisation d’insecticides, ce qui est appréciable du point de vue de l’environnement mais aussi et surtout pour ma santé. Sans aucun doute, BerryProtect restera, à l’avenir, la base de ma lutte anti-pucerons.»

Print Friendly

Hil & Moer: Lutte biologique contre les pucerons dans les cultures de myrtilles.

«Ça fait quelques années que nous utilisons des agents de lutte biologique contre les pucerons, mais il y avait encore des difficultés», explique Theo van Montfort de Hill & Moer. Dans les serres où deux variétés de myrtilles (Duke et Nui) sont cultivées, nous utilisons le moins possible de produits chimiques. Cela signifie qu’une alternative fiable devait être trouvée. La protection des cultures par les insectes auxiliaires donne la possibilité de réduire le nombre des traitements tout en gardant les divers ravageurs sous contrôle. Après avoir essayé différentes stratégies depuis plusieurs années, Theo van Montfort peut enfin dire :

«Depuis que j’utilise BerryProtect dans mes serres et que j’applique une stratégie préventive (lâcher des parasitoïdes avant l’apparition des premiers pucerons), j’ai trouvé une très bonne alternative aux traitements chimiques contre les pucerons ».

Ce mélange de cinq espèces de parasitoïdes contrôle les pucerons les plus couramment rencontrés dans les myrtilles, ce qui, pour les producteurs, facilite grandement la protection biologique des cultures.

Print Friendly